PORTRAITS ÉPISODE 14 : ISABELLE PÉDOT, DIRECTRICE GÉNÉRALE

Cette semaine, c’est au tour d’Isabelle Pédot, directrice générale à l’Alliance Française Halifax de nous parler de son expérience.

 

 Depuis combien de temps es-tu à l’Alliance Française ?

J’ai commencé à travailler à l’Alliance Française d’Halifax en 1996 en tant qu’instructrice de français langue étrangère/seconde. Depuis 2000, j’occupe le poste de direction générale de l’association. Cela fait donc plus de vingt ans que j’arbore fièrement les couleurs de l’Alliance et soutiens son mandat. L’Alliance Française est une grande famille internationale et au Canada, j’ai la chance de pouvoir travailler conjointement avec mes homologues de Moncton, Ottawa, Toronto, Winnipeg, Calgary, Edmonton, Vancouver et Victoria.

 

 Qu’est-ce qui t’intéresse le plus dans ton métier ?
 Ce que j’aime le plus, c’est sans aucun doute la diversité de mes missions : l’administration de notre école de langue française et du centre d’examens officiels, sans oublier la promotion du centre de ressources et du calendrier d’événements culturels. Bien entendu, je ne suis pas toute seule et je compte sur l’appui de mes collègues. C’est un vrai travail d’équipe. J’adore la musique, alors me voir un peu comme une cheffe d’orchestre, cela me va bien ! J’apprécie aussi beaucoup le contact avec des publics très différents, que ce soit les membres de notre conseil d’administration, nos instructeurs et collègues enseignants, les apprenants de français de tout âge et de tous niveaux, les membres de notre association, qu’ils soient francophiles ou francophones, les membres d’autres organismes communautaires. Notre association est à taille humaine et il est précieux d’entretenir nos relations ! 

 

 Qu’est-ce que tu aimes faire en fin de semaine ?

L’Alliance est ouverte le samedi matin pendant l’année, je travaille donc en général aussi ce jour-là, histoire de soutenir mes collègues mais aussi parce que c’est un jour bien particulier pendant lequel on rencontre nos plus jeunes apprenants (dès 2 ans !) et leur famille. C’est fort sympathique et tout le monde est bien plus détendu aussi ! Sinon, je profite des week-ends pour soutenir d’autres initiatives associatives. Je fais notamment partie du conseil d’administration des Concerts Cecilia qui organisent régulièrement des concerts de musique classique et de chambre les dimanches après-midis au Conservatoire maritime, rue Chebucto. Avec ma collègue Susan, vous nous y trouverez un dimanche sur deux ! Je fais aussi du bénévolat auprès de la radio communautaire francophone Oui 98,5 FM (que je vous conseille d’écouter !) qui est selon moi l’outil idéal pour promouvoir le français, que ce soit la langue mais aussi toutes ses cultures, et à Halifax, toute la francophonie est représentée ! Je soutiens aussi activement l’ATINE : l’Association des traducteurs et interprètes de la Nouvelle-Écosse. 

 

Peux-tu me raconter un souvenir drôle lié à ton métier à l’Alliance ?

Un souvenir du tout début, quand j’ai commencé à enseigner. Le regard interloqué des participants à un cours de conversation lorsque je leur ai dit que Milou, le chat de la famille (un nom qui ne s’invente pas !) ne volait pas… Au lieu de comprendre que notre chat ne dérobait pas la nourriture, eux avaient déjà donné des ailes au félin !

 

***************************************************************************************

Dans les épisodes précédents … 

Peux-tu me raconter un souvenir drôle lié à ton métier à l’Alliance ?

PORTRAIT : VIRGINIE BORAU, INSTRUCTRICE DE FRANÇAIS

Une anecdote qui me vient à l’esprit c’est avec un ancien apprenant, qui est devenu un ami par la suite. Nous discutions et il place le mot “randonnée” dans la conversation. Je ne comprends pas ce qu’il veut dire jusqu’à ce que je me rende compte que c’était sa traduction de “random” ! C’est maintenant une blague récurrente entre nous.

 

PORTRAIT : STEPHANE JONCHERE, MEDIATHECAIRE ET RESPONSABLE INFORMATIQUE 

En plus de 8 ans, je dois avouer que les souvenirs drôles et les fous rires ne manquent pas. Je pense que l’on pourrait écrire tout un livre à ce sujet. J’aime beaucoup taquiner mes collègues.

Il m’arrive donc souvent de changer ma voix et de téléphoner à la réception de l’Alliance. Je me fais passer pour une personne qui aimerait avoir des renseignements sur les cours ou toute autre information. Cela commence par “Bonjour je m’appelle Gérard Manvussa… ” je vous laisse imaginer la suite…

Cela donne souvent lieu à des situations cocasses mais rassurez-vous mes collègues se vengent bien !

 

PORTRAITS : SABINE HELAS, STAGIAIRE COMMUNICATION ET PROGRAMMATION CULTURELLE
 
C’était un lundi matin, très tôt au début du mois de mai . J’étais chargée de parler des événements de l’Alliance Française à la radio dans l’émission Le réveil /Nouvelle-Ecosse. Comme je n’avais pas de voiture pour me rendre à la radio, l’entrevue s’est faite par téléphone depuis chez moi.

A l’heure convenue, le technicien de la radio me téléphone, je confirme mon identité. C’est parti, je commence à parler du programme culturel de l’Alliance Française.

Je parle mais peu à peu je remarque quelque chose d’étrange. La journaliste ne me pose plus de questions. C’est le calme plat. Silence radio.  Que se passe t-il ? Est-ce que j’ai dis quelque chose qu’il ne fallait pas ?Est-ce que tout le monde s’est endormi ?

Au bout d’un moment, je m’aperçois que la ligne est coupée. Je parlais toute seule dans mon salon, en pyjama au téléphone depuis 5 minutes…

 

PORTRAIT : ELSA VESIN, INSTRUCTRICE DE FRANÇAIS
J’étais en classe avec un groupe d’apprenants dans une des salles avec le tableau numérique interactif. C’est un tableau sur lequel il est possible d’afficher l’écran d’un ordinateur.
Il semblait y avoir un petit problème informatique. C’est toujours un moment un peu gênant pour l’instructeur surtout quand il veut utiliser des documents en ligne pour son cours…
Il y avait deux ingénieurs informaticiens parmi les étudiants qui se sont levés spontanément. Ils ont commencé à chercher d’où venait le problème et à m’expliquer comment le régler (en français !). Pour une fois, les rôles étaient inversés: les apprenants enseignaient à l’instructeur et cela les a fait beaucoup rire de voir qu’ils en savaient plus que moi !

 

PORTRAIT : VICKY BARIL-CHAUVETTE, INSTRUCTRICE DE FRANCAIS

Je donnais une leçon de français à un groupe d’élèves. Mes étudiants se sont soudain mis à rire et je ne comprenais pas pourquoi.

Etais-ce lié à quelque chose que j’avais dit en français et qui avait un sens différent dans la langue maternelle de mes élèves ? Mes étudiants avaient des langues maternelles différentes, ça ne pouvait pas être ça.Peut-être était-ce quelque chose que je portais ou j’avais fait ? Je cherchais mais ne voyais pas.

Après 15 minutes je réalisais qu’une mouche était entrée dans la classe. La mouche était devenue professeur, elle écrivait sur le tableau tactile. C’était presque comme une vraie écriture. Elle enseignait le mouchois.

 

PORTRAIT SOPHIE PILIPCZUCK, ASSISTANTE ADMINISTRATIVE

Je cherchais Isabelle, notre directrice pour lui transmettre un message. De son côté, Isabelle me cherchait pour me poser une question. Le seul problème, c’est qu’il y a plusieurs façons de circuler à l’Alliance et on se manquait à chaque fois. On a dû faire trois fois le tour au moins sans se croiser. Mes collègues me disaient tous – « Isabelle te cherche » ou « tu viens de la manquer ». 

J’avais l’impression de faire partie d’un spectacle. A la fin, j’avais la musique du cirque – des clowns- qui jouait en boucle dans ma tête !

 

PORTRAIT : SUSAN TREMILLS, ASSISTANTE ADMINISTRATIVE

Un étudiant venait passer son examen DELF à l’Alliance Française Halifax. J’ai remarqué que ce candidat était particulièrement stressé à l’idée de passer son examen. 

Ma collègue à l’accueil, Sophie et moi avons réfléchi à une bonne technique pour l’aider. Nous nous sommes mises à chanter et à danser pour distraire le candidat au DELF scolaire qui attendait en toute anxiété. Je dois avouer que cela a bien marché !

 

PORTRAIT : MAXIME LUISIN, INSTRUCTEUR DE FRANCAIS

J’arrivais dans la salle pour effectuer mon cours de français. Je m’en souviens encore précisément, c’était dans la salle Gabrielle Roy.

A peine franchi la porte de la salle, je remarque la mine déçue de mon nouvel apprenant. C’etait mon premier cours avec cette personne. 

Après un moment,  il m’avoue que  Maxine est un prénom canadien très proche du mien mais c’est un prénom féminin.

Il s’attendait à une jeune femme aux longs cheveux blonds et aux yeux bleux. Il a été un peu surpris de voir un homme aux cheveux et aux yeux bruns ! 

 

PORTRAIT : PEGGY HEINEN, INSTRUCTRICE DE FRANCAIS 

Un jour en fin de semaine, je faisais quelques courses à l’épicerie près de chez moi.

Je suis tombée sur un de mes apprenants avec sa femme et ses enfants. Nous nous sommes dis bonjour et avons commencé à parler en français. Sa femme et ses enfants étaient très impressionnés par son niveau et il était très fier.

Pour expliquer à sa famille ce que nous nous étions dit, c’est moi qui ai traduit en anglais, et là c’était drôle car c’est lui qui me corrigeait !

 

PORTRAIT : SIMONA HORINCAR, INSTRUCTRICE DE FRANCAIS 

Un jour je travaillais un exercice avec une de mes apprenantes. C’était très difficile. Nous ne nous comprenions  pas. L’apprenante répondait de façon étrange à mes questions. Quelques temps plus tard, je me suis rendue compte qu’il y avait un malentendu. Je regardais l’exercice 3 dans le livre et mon étudiante regardait l’exercice 3 dans le cahier d’activité. 

 

PORTRAIT : ATSU AMEDEKANYA, INSTRUCTEUR DE FRANCAIS 

C’est un événement dont j’ai été témoin. Mon collègue Stéphane était au téléphone avec le mari de Nadine, une instructrice. Il semblait avoir une conversation passionante avec lui.

Il a donc appelé Nadine pour qu’elle parle avec son mari. Nadine a commencé à discuter seule au téléphone. Il n’y avait en fait personne au bout du fil !    

 

PORTRAIT: NADINE BRUGUIERE, INSTRUCTRICE DE FRANCAIS 
 
Oh là là, il y en a eu des moments drôles au cours de ces 10 dernières années et notamment en classe.
Malheureusement, je ne m’en souviens pas d’un en particulier.
Cependant, je peux dire que certains des apprenants sont très amusants surtout lors des jeux de rôle.
D’ailleurs, il y en avait un qui adorait glisser le mot ” pamplemousse” dans la plupart de ces répliques, et ce même si ce n’était pas approprié ou nécessaire !
Allez savoir pourquoi.   

 

 

 

 

Leave a Reply