PORTRAITS ÉPISODE 6 : PEGGY HEINEN, INSTRUCTRICE DE FRANÇAIS

Cette semaine, c’est Peggy Heinen, instructrice de français à l’Alliance Française Halifax qui nous fait part de son expérience.

 

 -Depuis combien de temps es-tu à l’Alliance Française ? 

Je travaille à l’Alliance Française Halifax depuis le mois de septembre 2016. 

 

– Qu’est-ce qui t’intéresse le plus dans ton métier ?

Ce qui m’intéresse le plus dans mon métier c’est de trouver des méthodes d’enseignement en fonction des besoins de chacun des appprenants. Nous sommes tous différents et nous avons tous des façons d’apprendre  qui nous sont propres, le plus important est de les connaître.
Ma plus grande joie est de voir les apprenants progresser. C’est une  grande source de satisfaction de voir qu’ils sont en mesure de communiquer de mieux en mieux en français.
 
 
 – Qu’est-ce que tu aimes faire en fin de semaine ?
En fin de semaine, j’aime découvrir Halifax et la NouvelleÉcosse. J’aime aussi voir mes amis, aller au restaurant, à des concerts… Je croise les doigts pour que le beau temps arrive vite pour pouvoir me balader le plus possible !
 
 – Peux-tu me raconter un souvenir drôle lié à ton métier à l’Alliance ?
 
Un jour en fin de semaine, je faisais quelques courses à l’épicerie près de chez moi.
Je suis tombée sur un de mes apprenants avec sa femme et ses enfants. Nous nous sommes dis bonjour et avons commencé à parler en français. Sa femme et ses enfants étaient très impressionnés par son niveau et il était très fier.
Pour expliquer à sa famille ce que nous nous étions dit, c’est moi qui ai traduit en anglais, et là c’était drôle car c’est lui qui me corrigeait !
 

***********

Dans les épisodes précédents … 

Peux-tu me raconter un souvenir drôle lié à ton métier à l’Alliance ?

 

PORTRAIT : ELSA VESIN, INSTRUCTRICE DE FRANÇAIS
J’étais en classe avec un groupe d’apprenants dans une des salles avec le tableau numérique interactif. C’est un tableau sur lequel il est possible d’afficher l’écran d’un ordinateur.
Il semblait y avoir un petit problème informatique. C’est toujours un moment un peu gênant pour l’instructeur surtout quand il veut utiliser des documents en ligne pour son cours…
Il y avait deux ingénieurs informaticiens parmi les étudiants qui se sont levés spontanément. Ils ont commencé à chercher d’où venait le problème et à m’expliquer comment le régler (en français !). Pour une fois, les rôles étaient inversés: les apprenants enseignaient à l’instructeur et cela les a fait beaucoup rire de voir qu’ils en savaient plus que moi !

 

PORTRAIT : VICKY BARIL-CHAUVETTE, INSTRUCTRICE DE FRANCAIS

Je donnais une leçon de français à un groupe d’élèves. Mes étudiants se sont soudain mis à rire et je ne comprenais pas pourquoi.

Etais-ce lié à quelque chose que j’avais dit en français et qui avait un sens différent dans la langue maternelle de mes élèves ? Mes étudiants avaient des langues maternelles différentes, ça ne pouvait pas être ça.Peut-être était-ce quelque chose que je portais ou j’avais fait ? Je cherchais mais ne voyais pas.

Après 15 minutes je réalisais qu’une mouche était entrée dans la classe. La mouche était devenue professeur, elle écrivait sur le tableau tactile. C’était presque comme une vraie écriture. Elle enseignait le mouchois.

 

PORTRAIT SOPHIE PILIPCZUCK, ASSISTANTE ADMINISTRATIVE

Je cherchais Isabelle, notre directrice pour lui transmettre un message. De son côté, Isabelle me cherchait pour me poser une question. Le seul problème, c’est qu’il y a plusieurs façons de circuler à l’Alliance et on se manquait à chaque fois. On a dû faire trois fois le tour au moins sans se croiser. Mes collègues me disaient tous – « Isabelle te cherche » ou « tu viens de la manquer ». 

J’avais l’impression de faire partie d’un spectacle. A la fin, j’avais la musique du cirque – des clowns- qui jouait en boucle dans ma tête !

 

PORTRAIT : SUSAN TREMILLS, ASSISTANTE ADMINISTRATIVE

Un étudiant venait passer son examen DELF à l’Alliance Française Halifax. J’ai remarqué que ce candidat était particulièrement stressé à l’idée de passer son examen. 

Ma collègue à l’accueil, Sophie et moi avons réfléchi à une bonne technique pour l’aider. Nous nous sommes mises à chanter et à danser pour distraire le candidat au DELF scolaire qui attendait en toute anxiété. Je dois avouer que cela a bien marché !

 

PORTRAIT : MAXIME LUISIN, INSTRUCTEUR DE FRANCAIS

J’arrivais dans la salle pour effectuer mon cours de français. Je m’en souviens encore précisément, c’était dans la salle Gabrielle Roy.

A peine franchi la porte de la salle, je remarque la mine déçue de mon nouvel apprenant. C’etait mon premier cours avec cette personne. 

Après un moment,  il m’avoue que  Maxine est un prénom canadien très proche du mien mais c’est un prénom féminin.

Il s’attendait à une jeune femme aux longs cheveux blonds et aux yeux bleux. Il a été un peu surpris de voir un homme aux cheveux et aux yeux bruns ! 

 

 

 

 

 

Leave a Reply