APR 28: A TRIBUTE TO OUSMANE SOW

      Avec le soutien de la Cinémathèque Afrique de l’Institut français et de la Fondation Alliance Française, nous participons  à l’hommage international à l’artiste sculpteur sénégalais Ousmane Sow qui se tiendra les 28, 29 et 30 avril. Pour célébrer cet événement, nous organisons avec la galerie 14 Bells (5523 Young Street) une visite et une double projection le vendredi 28 avril 2017.

18h – 19h – Visite de la galerie 14 Bells – Vin et Fromage

19h à l’Alliance Française Halifax – Projection en anglais “Ousmane Sow” de Béatrice Soulé – 26 min

19h30 – Projection en français ” Le Jardin du corps” de Raymond Rajaonarivelo – 9 min
Il était une fois un matin, un midi, un soir et une nuit où les ombres inséparables de l’homme nous racontaient la mémoire… Entretien avec Ousmane Sow, sculpteur de vie, pour le premier volet d’une série intitulée Mémoire Noire.
Réalisateur malgache incontournable, Raymond Rajaonarivelo a vu ses deux premiers longs métrages Tabataba en 1988 et Quand les étoiles rencontrent la mer en 1996 sélectionnés au Festival de Cannes. Dans ce court métrage, il filme Ousmane Sow en toute intimité.

19h45 – Projection en français “Ousmane Sow” de Béatrice Soulé – 26 min
Ce film est une histoire d’amour, entre un homme et sa sculpture, entre un homme et une femme, entre un homme et une humanité. Béatrice Soulé met ici en lumière les quatre séries de sculptures d’Ousmane Sow : les Masaï, les Nouba, les Zoulou et les Peulh. Elle écrit une lettre à Ousmane Sow. Ousmane Sow lui répond. Sans répondre vraiment. Comme une voix intérieure, un chorus à deux voix, un balancement intime. De cette intimité, de cette confiance partagée, naît alors la magie de pouvoir suivre l’artiste dans sa création la plus secrète. En un moment à la fois tendu et doux, on voit naître le visage du premier indien de sa nouvelle série sur la bataille de Little Big Horn. Et l’homme, que Béatrice Soulé a voulu laisser à son mystère, devient intensément présent. On ne sait rien, et on sait tout.

Qui est Ousmane Sow?
Figure de l’art contemporain, Ousmane Sow est connu pour ses sculptures plus grandes que nature représentant quatre ethnies africaines (Nouba, Zoulou, Masaï et Peul), la Bataille de Little Big Horn et une série, intitulée Merci, en hommage aux grands hommes qui marquèrent sa vie.
Né à Dakar en 1935, Ousmane Sow sculpte depuis l’enfance puis tout en exerçant son métier de kinésithérapeute. C’est seulement à l’âge de cinquante ans qu’il se consacre entièrement à la sculpture. Il travaille par séries et s’intéresse aux ethnies d’Afrique puis d’Amérique.
Révélé en 1987 au Centre Culturel Français de Dakar, il présente sa première série sur les lutteurs Nouba, puis expose six ans plus tard, en 1993, à la Documenta de Kassel (Allemagne). En 1995, il expose au Palazzo Grassi, à l’occasion du centenaire de la Biennale de Venise et présente en 1999, à Paris sur le Pont des Arts, une rétrospective qui attira plus de trois millions de visiteurs. Depuis, son oeuvre a été exposée dans une vingtaine de lieux, dont le Whitney Museum à New York.

Plus d’informations sur : http://www.institutfrancais.com/fr/actualites/un-cycle-de-3-films-en-hommage-ousmane-sow

– – – – – – – – – – – – – –

Join us to celebrate the life and the work of senegalese sculptor Ousmane Sow.

The celebration will start at 6 pm at the 14 Bells Gallery (5523 Young St, Halifax) for a wine & cheese.

at 7 pm at Alliance Française Halifax, 5509 Young St: Screening in English of “Ousmane Sow” directed by Beatrice Soulé – 26 min
This film was chosen for the biannual Beaubourg Art film festival in 1996, for the Montreal Art film festival in 1997 and nominated for the International Emmy Awards in New York in 1997. This film is a history of love, between a man and his sculpture, a man and a woman, a man and humanity.

7:30 pm – Screening in French – ” Le jardin du corps” directed by Raymond Rajaonarivelo

7:45 pm – Screening in French “Ousmane Sow” directed by Beatrice Soulé.

Who is Ousmane Sow?

Ousmane Sow was born in Dakar in 1935. His father, from Dakar, was thirty years older than his mother, who was from Saint-Louis. He grew up in Reubeuss, one of the liveliest areas of Dakar, where he received a very strict education and was given responsibilities at a very early age by his father. From his father he inherited discipline, a sense of duty, disdain for honours and a free spirit. When his father died, despite his great attachment to his mother, he decided to leave for Paris without a penny in his pocket. He was put up in police stations and discovered the gentler side of a France that was still a welcoming place. While working at various odd jobs, and having given up his courses at the Ecole des Beaux Arts, he obtained a diploma in physiotherapy.
Although he had been sculpting since childhood, it was not till he was fifty that Ousmane Sow made sculpture his full-time profession. However his previous experience as physiotherapist can be seen in the magnificent sense of anatomy evident in his work. He passed away in December 2016.

Leave a Reply